Profil des gamers

Plus de joueuses et de seniors? 

objection

54% des joueurs canadiens sont des joueurs. «Quelle phrase idiote!» vous dites-vous. Si j’avais voulu suivre le discours ambiant, j’aurais plutôt attaqué en disant que 46% des joueurs canadiens sont des joueuses. Mais quand je lis le profil des joueurs établi par l’association canadienne du logiciel de divertissement (ALD, ou ESA en english) pour l’année 2013, je vois plutôt des nuances à apporter aux affirmations ressassées depuis quelques années. De plus en plus de femmes et de seniors s’emparent des manettes nous dit-on? Ça reste à voir.

Ce profil de l’ALD me parait intéressant parce qu’il est sans doute une bonne base de départ pour établir le profil du joueur moyen de tout l’occident. En matière de jeu vidéo, le Canadien n’a, a priori, pas d’habitudes culturelles ou de consommation fondamentalement différentes de l’Américain ou de l’Européen (aucun Caribou Simulator en tête des charts, désolé). Et ce document apporte suffisamment de précisions pour nuancer les discours de l’industrie.

Dans ce profil, établi à l’occasion d’un bilan de l’année du jeu vidéo en 2013 au Canada, l’ALD annonce donc que 58% des canadiens jouent à des jeux vidéo. Parmi eux, 54% d’entre eux sont des hommes, âgés en moyenne de 31 ans. L’étude précise aussi que 95% des foyers canadiens disposent maintenant d’un ordinateur à la maison, tandis que 61% ont une console. Jusqu’ici, rien de bien surprenant, on reste en surface.

Les consoles: machines de gars

5427065640_619e4a9041

Prototype du hardcore gamer canadien: Justin Bieber

Mais l’étude s’attarde plus en détail sur les profils par âge et par sexe. Et là ça devient plus intéressant. L’ALD constate en effet que la majorité des jeunes mâles de 13 à 34 ans jouent le plus souvent sur console (64% des 13-17 ans, 51% des 18-34 ans). Alors que chez les filles du même âge, la machine la plus citée, c’est le téléphone cellulaire, ou un appareil mobile (environ 40%)..

La tendance reste donc que les garçons et les filles ne jouent pas aux mêmes machines. Ils ne jouent pas aux mêmes jeux non plus. Le jeu de tir est le principal cité par les adolescents de 13 à 17 ans. Pour les adolescentes? C’est plus varié, mais le «jeu d’arcade» est celui qui revient le plus fréquemment, chez 27% d’entre elles. Une fois majeurs et vaccinés, les garçons de 18 à 34 ans déclarent davantage jouer aux jeux de rôle (42%), tandis que 40% des filles se distraient avec des «jeux éducatifs, puzzles, jeux de lettres et autres jeux d’agilité mentale».

Donc oui, on peut effectivement dire que le public féminin existe avec 46% de joueuses. Mais on parle d’un marché global, dont la définition s’est très largement étirée au casual gaming. On comprend dès lors que les studios ne s’adressent pas vraiment à un public mixte lorsqu’ils développent un jeu AAA. Ils savent très bien que ce sont les p’tits gars qui jouent en majorité sur console. C’est pourquoi les grosses franchises sur console sont des jeux de tir ou d’action mettant en scène des héros masculins, où la fille sert le plus souvent de récompense ou de personnage en détresse.

Battlefield-4-1280x720

 »Comment ça 46% de gonzesses? »

Certains médias commencent à analyser tout cela, voire à regretter la prédominance du modèle masculin, et pas uniquement dans les jeux AAA. Mais ce n’est pas un hasard si ce modèle n’est pas remis en question chez les développeurs de ces titres. Les données recueillies par l’ALD auraient plutôt tendance à les conforter. Les chiffres de vente aussi d’ailleurs: ils continuent de propulser les Call of et autres Battlefield en tête des charts. En clair, la masse des joueurs semble y trouver son compte. On a le droit de trouver ça dommage… Grand Kapital, je crie ton nom!

Seniors: pas dans la même catégorie

Quand aux joueurs plus âgés, là encore, on peut relativiser le discours disant que le jeu vidéo se démocratise dans la famille toute entière, du jeune au grand parent. Certes, chez les hommes canadiens, 26% des 35-54 déclarent encore pratiquer les jeux de tir. Mais les jeux de cartes sur ordinateur restent le genre le plus prisé des plus de 55 ans, hommes et femmes confondues.  Et tout comme leurs cadettes, les Canadiennes de 35 à 54 ans aiment surtout les jeux éducatifs, puzzles, jeux de lettres et autres jeux d’agilité mentale (56% d’entre elles).

Jeux-video-ils-boostent-le-cerveau-des-seniors_exact441x300

 »Au fait, on vous a dit que les jeux d’entrainement cérébral ne servaient à rien? »

La Wii a sans doute fait évolué les choses. Et oui, puisqu’on trouvaient déjà des adultes passionnés de jeux vidéo dans les années 80, certains continuent de jouer aujourd’hui (qui se souvient de l’entrevue avec Catherine Lara sur Nintendo Magazine?). Ceci dit, même si je n’ai pas de chiffres, je serais surpris que le phénomène ne soit pas marginal.

À mon avis, il faudra attendre une vingtaine d’années avant de voir une bonne part des cinquantenaires prêts à acheter des jeux hardcore, ceux qui bouffent toutes les ressources du PC, font surchauffer la Xbox et ne se terminent pas en moins de 30 heures. 20 ans, c’est le temps qu’il faudra à la génération de joueurs qui a découvert ce loisir dès l’enfance pour franchir le cap du demi siècle. En attendant, on ne peut pas mettre les seniors et les jeunes joueurs dans le même panier. Ce serait un peu comme mélanger les maniaques du casino avec les fans du Docteur Maboul.

Docteur-Maboul-Premiere-Version-1978

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s