Comment Ubisoft réussi un personnage autiste dans Watch Dogs 2


Vous l’avez peut-être remarqué lorsque j’étais plus actif sur ce blog, mais j’aime bien parler d’autisme et de jeux vidéo ici. Parce que mon fils de maintenant 9 ans est atteint par ce trouble, qu’il aime beaucoup jouer, et que ses rapports aux jeux vidéo me fascinent : pourquoi ça l’intéresse, qu’est-ce qu’il en tire, comment il apprend à résoudre lui-même des problèmes dans les jeux, comment il se construit ses propres références culturelles avec ses jeux, comment il améliore ses réflexes, comment il améliore la motricité fine de ses mains malgré les difficultés liées à sa condition… Les jeux lui apportent beaucoup (sans même parler de l’essentiel : le plaisir de jouer!).

Pourtant, c’est peu dire que l’autisme est un thème absent des jeux vidéo. On trouve bien quelques petites exceptions comme To the moon, mais ça se compte sur les doigts de la main de Frodon.

Watch Dogs 2 fait partie de ces exceptions, avec son personnage Josh, atteint du syndrome d’Asperger (une forme d’autisme où, en gros, les difficultés affectent surtout la communication, les interactions sociales et la perception des sens). Et pour le coup, c’est une énorme exception. C’est une chose de voir un développeur indépendant créer un jeu sur l’autisme parce que le thème lui tient à coeur. C’en est une autre de voir Ubisoft Montréal s’emparer du sujet dans une méga production AAA, avec tous les risques que cela comporte.

C’était risqué

On le sait, créer un jeu AAA peut coûter des centaines de millions de dollars, et les studios de développement qui s’y risquent ont impérativement besoin de les vendre par palettes entières pour rentabiliser leur investissement. Et donc, ils ont tendance à prendre le moins de risque possible au niveau du contenu : thèmes recyclés, gameplay peu novateur mais accessible à tous, univers réduits à la guerre ou à l’heroïc fantasy, scénarios convenus… Et aussi, personnages ultra standards.

Alors quand j’ai vu qu’Ubisoft Montréal avait osé créer un personnage autiste parmi la bande de gentils hackers de Watch Dogs 2, j’ai été particulièrement intrigué… et un peu inquiet. Le cliché sur le milieu de l’informatique étant assez proche de celui sur les autistes (les petits génies pas très sociables, en gros), je craignais de voir un personnage se résumant à un side-kick comique, collectionnant toutes les idées reçues sur les autistes et juste là pour amuser la galerie par sa différence. Évidemment, ça m’aurait vexé pour des raisons personnelles.

Sauf qu’Ubisoft Montréal a réalisé un incroyable boulot sur ce personnage. Lorsque le jeu est sorti en novembre 2016, ça n’a eu quasiment aucun écho, que ce soit dans la presse générale ou spécialisée. Mais moi, quand j’ai joué à ce jeu le mois dernier, le personnage de Josh m’a évidemment frappé de plein fouet. Et j’ai vu, sur tellement de détails, à quel point les créatifs ont bossé leur personnage. Et évité tellement de pièges, tout en pondant un personnage authentique, crédible. Josh n’est pas l’autiste de service : c’est… Josh. Son syndrome n’est pas caché pour autant, il fait partie de lui. Mais Josh ne se résume pas à son autisme. Ses scènes ne servent pas à parler / caricaturer / rire de l’autisme : elles montrent un personnage autiste en action au coeur d’un drame narratif, avec toutes ses forces et ses faiblesses, certaines liées à son autisme, d’autres non.

Un concept art pour le personnage de Josh.

C’est franchement remarquable. Josh est un personnage hyper intéressant, parfois meneur, parfois angoissé, parfois drôle (oui, il ne comprend pas les métaphores…). Il est très attachant et remarquablement joué par l’acteur canadien Jonathan Dubsky. Ses interactions avec les autres personnages du jeu sont très bien pensées. Et au final, il s’est passé quelque chose de rarissime : les joueurs autistes, ou eux-mêmes parents d’enfants autistes, ont pu s’identifier à un personnage qui leur ressemble, crédible, et présenté comme un héros.

Comme dans le cadre de mon boulot, je fais de temps en temps des petits extras pour Pèse sur start, le média de gaming québécois, j’ai eu envie d’aller interviewer le directeur créatif de la série Watch Dogs, Jonathan Morin, pour lui demander comment son équipe s’y est pris pour créer Josh. Il a accepté, et c’était vraiment intéressant, d’autant qu’il est la personne qui a lancé l’idée d’un personnage autiste (pour des raisons que vous verrez en voyant cet entrevue).

Je vous laisse un lien vers l’entretien : un montage vidéo de 4 minutes suivi d’une retranscription complète par écrit.

Cliquez ici pour voir l’entrevue.

Publicités

Baptiste joue à THE CREW

Je suis le touriste de la route!

pic_20160916_225246_4096x2160

Je n’aime pas les jeux de voiture, mais j’aime bien The Crew. Non, je ne suis pas bipolaire (mon psychiatre me le répète trois fois par jour). Mais The Crew m’a apporté ce que peu de titres du genre mettent en avant: la possibilité de rouler n’importe où aux États-Unis, sans but, pour la balade.

Lire la suite

Baptiste joue à THE CURIOUS EXPEDITION

« Sa place est dans un musée! »

Ha ben c’est pas trop tôt! Depuis le temps que je dis que l’exploration pure devrait être récompensée, notamment dans les RPG où il n’y en a trop souvent que pour les combats… À croire que personne ne m’écoute. On va dire que les Allemands de Maschinen-Mensch ont entendu mon appel, bien que je ne parle pas un traître mot de la langue de Gueutte (je ne suis même pas capable d’écrire correctement le nom de cet écrivain, c’est dire).

Lire la suite

Les jeux vidéo rendent agressifs, m’dame!

Une étude le « suggère »

Ça faisait longtemps. Une nouvelle étude pointe le bout de son nez, et à nouveau, les jeux vidéo ne tiennent pas le beau rôle. Figurez-vous que les enfants et adolescents jouant régulièrement aux jeux vidéos ont plus de pensées et de comportements agressifs, selon une étude menée à Singapour avec plus de 3000 participants publiée ce 24 mars aux États-Unis, an de grâce 2014. On lit à peu près le même communiqué de presse dans tous les sites d’info que j’ai visité. À chaque fois, la « légère » nuance qui change tout est planquée en fin de texte.

Lire la suite

Free to play, un docu sur les jeux vidéo produit par Valve

Mélange des genres

Voilà que Valve se met à produire un documentaire sur le jeu vidéo. Sur l’e-Sport plus exactement. Free to play, qui sera diffusé gratuitement sur Steam le mercredi 19 mars prochain, suit le parcours de trois joueurs professionnels, Danil Ishutin (Ukraine), Clinton Loomis (USA) et Benedict Lim (Singapour). Leur quotidien les emmène vers le tournoi The International, qui promet un million de dollars au vainqueur. À quoi peut-on s’attendre d’un documentaire sur le jeu vidéo produit par le principal vendeur de jeux vidéo sur PC? Une partie de la réponse tient dans cette info balancée l’air de rien par Valve sur le site web du docu: « Un pack Free to Play sera disponible à l’achat sur Steam dans le magasin Dota 2, et 25% des ventes seront reversées aux joueurs ainsi qu’aux contributeurs. L’édition Collector inclura des items Dota 2 dans le jeu ».

Lire la suite

Baptiste joue à Eschalon: Book 3

C’était dur avant

Eschalon-Book-III-600x300

Je suis coincé.

Ça faisait un moment qu’un jeu ne m’avait pas fait ce coup-là. Je joue à Eschalon: Book 3, un jeu de rôles bien old-school sorti il y a deux semaines, dernier volet d’une trilogie lancée en  2007 par Basilik Games. Vue en fausse 3D isométrique, combats au tour-à-tour, monde constitué de grandes zones à explorer, des forêts, des montagnes, des volcans, des cavernes, des villages, des nains roux, bref, la recette classique – mais bien cuisinée, pour qui apprécie la gastronomie traditionnelle. Parmi les ingrédients: l’indispensable héros qui ignore un paquet de secrets de cet univers. Et dont il vaut mieux optimiser la progression et le choix des compétences. Lire la suite

RPG: l’avenir dans le rétro

C’était mieux avant

eschalon_book_3_Linux rpg_1

Il faut croire que c’est ce que pense la communauté de joueurs de RPG sur PC. Quatre jeux sont très attendus par les vrais amateurs de jeux de rôle poilus et sans concession: Pillars of Eternity, Wasteland 2, Torment: Tides of Numeradia, et Eschalon: Book 3. Tous ont un point commun: ils reprennent les vieilles recettes d’il y a 15 ans, voire plus: vue du dessus, beaucoup de texte, combats au tour à tour… Et les joueurs sont prêts à payer pour ça: les trois premiers titres ont obtenu leur financement sur kickstarter. Quant au dernier, sa sortie le 14 février a fait sauter le site web de Basilik Games. Retour sur quatre projets qui raviront les vieux, dans l’ordre où on devrait pouvoir les installer. Lire la suite